Autres articles dans cette rubrique

Recherche

Accueil du site || Actions || LETTRE OUVERTE AU RECTEUR DE L’ACADEMIE DE RENNES

par les personnels informaticiens de l’académie de Rennes en grève

Le ministère de l’Education Nationale a décidé une centralisation accompagnée de privatisation et d’externalisation de grande ampleur de son informatique. Cela entraînera à plusieurs niveaux des conséquences négatives sur l’ensemble des personnels de l’Education Nationale (chefs d’établissement, enseignants, administratifs, etc.), sur les élèves et les parents, et sur le service rendu à l’usager de façon générale.

Cela fait plusieurs mois que les informaticiens ont alerté leur hiérarchie et le ministère pour leur faire part de leurs inquiétudes face à ces restructurations sans concertation, sans étude de faisabilité ni estimation des coûts réels engendrés.

En dépit de l’absence de réponse du ministère à nos questions nous n’avons pas souhaité nuire ni au déroulement des examens du bac ni à d’autres services destinés aux usagers. Nous avons montré, à plusieurs reprises, que nous étions favorables au dialogue.

Pourquoi un tel mépris du ministère nous poussant à la grève en cette période de baccalauréat ?

Les décisions prises lors des différentes AG consistaient à ne bloquer que la publication des résultats et, en aucun cas, à bloquer les délibérations des jurys ou l’affichage des résultats dans les centres de délibération.

Nous n’avons jamais eu l’intention de pénaliser les candidats et d’empêcher l’affichage de leurs résultats dans les centres

L’arrêt de la machine OCEAN n’empêchait aucunement les délibérations des jurys. Il avait pour seul objectif le blocage des publications, des transferts aux organismes privés et des remontées des fichiers post-bac.

Une mauvaise appréciation des conséquences de nos actions a provoqué une réaction infondée et excessive de votre part.

Nous n’acceptons pas, Monsieur le Recteur, votre accusation selon laquelle, par nos actions, nous ne serions pas soucieux du Service Public.

Nous considérons que le service public est notre richesse et nous avons toujours mis les intérêts des élèves et de la communauté éducative au centre de notre travail.

Le SDI actuel, par certains aspects, aboutira à la destruction du service public : la privatisation de la gestion des frais de déplacements par DT-Ulysse et l’externalisation de l’hébergement de Sirhen en sont des exemples concrets.

Nous restons mobilisés pour la défense du service public et contre le SDI actuel.